Référence complète de l’article :

Mesny, Anne(2013). « Taking Stock of the Century-long Utilization of the Case Method in Management Education. » Canadian Journal of Administrative Sciences Revue canadienne des sciences de l’administration 30: 56–66 (2013).

Résumé :

L’article vise à faire le point sur une des méthodes pédagogiques les plus utilisées en gestion : la méthode des cas. La première section définit ce qu’est un cas et ce qu’est la méthode des cas. La seconde section examine les théories de l’apprentissage qui soutiennent la méthode pour l’enseignement de la gestion, en premier lieu les théories relatives à l’apprentissage actif et l’apprentissage expérientiel. Dans la 3e section, l’auteure fait le point sur les nombreux débats quant à l’efficacité de la méthode. Finalement, la 4e section présente quatre propositions pour améliorer et solidifier la méthode et son utilisation en gestion. D’abord, l’élargissement de la variété des cas devrait être intensifié et ancré dans une réflexion explicite sur les objectifs d’apprentissage. Ensuite, la méthode des cas ne devrait pas être considérée comme une méthode expérientielle et encore moins comme un substitut à l’expérience de première main. Par ailleurs, les enseignants-chercheurs en gestion devraient s’attacher à mieux documenter les impacts de la méthode des cas sur les apprentissages des étudiants. Enfin, la relation entre cas pédagogique et recherche devrait être renforcée. Les professeurs adopteront la méthode des cas dans la mesure où ils voient la relation entre l’enseignement par les cas et la recherche.

Ce qu’on en dit :

« Cet article est un incontournable pour quiconque s’intéresse à la méthode des cas et constitue un appel à ancrer solidement cette méthode pédagogique dans la recherche en pédagogie de la gestion ».

– Luc Bélanger-Martin, Maître d’enseignement – HEC Montréal

Écouter l’auteure nous parler de cette recherche :

À retenir

Au-delà de la diversité des variantes, la « méthode des cas » en gestion renvoie à quatre caractéristiques-clés :

  1. La forte implication des étudiants dans les discussions en classe au sujet du cas;
  2. L’enseignant comme animateur de la discussion et responsable du processus (plutôt que du contenu);
  3. La primauté accordée au cas particulier que représente le « cas » avant d’évoluer éventuellement vers des considérations générales;
  4. Des objectifs pédagogiques qui ne se limitent pas au cognitif et aux « savoirs », mais comprennent également des savoir-faire et des savoir-être, et incluent des dimensions affectives.

La chercheure :

Anne Mesny – Professeure titulaire HEC Montréal – Département du management

À lire aussi :

Cameron, Ann-Frances, Marie-Claude Trudel, Ryad Titah et Pierre-Majorique Léger (2012).The Live Teaching Case: A New IS Method and its Application

Pour aller plus loin :

Autres publications en pédagogie de la gestion